Le livre « Transat dans un fauteuil – 50 jours en mer pas comme les autres »

Télécharger le livre au format pdf en cliquant sur ce lien

Vous pouvez commander un exemplaire papier* (15 € frais postaux inclus), pour vous ou pour le mettre dans le sapin d’un parent ou d’un ami, faites votre demande via notre page contact, en indiquant vos coordonnées : Prénom + Nom, adresse postale, email et n° de mobile

Vous pouvez toujours faire un don à l’Association pour la Recherche sur la Sclérose Latérale Amyotrophique (ARSLA), via le lien http://don.arsla.org, qui vous permet de bénéficier de la déduction d’impôts de 66%.

Transat dans un fauteuil - 50 jours en mer pas comme les autres

Le 8 octobre 2016, six équipiers prennent le départ à la Trinité-sur-Mer (56) à bord du catamaran « TORONTO » Lagoon 52 pieds pour une transat pas comme les autres : la Transat dans un fauteuil. Leur objectif : emmener Jean, atteint de la maladie de Charcot et tétraplégique au bout de ses rêves, c’est-à-dire à l’autre bout de l’Atlantique. 50 jours plus tard, l’objectif est atteint en Martinique. Philippe, François, Jacques, Rémy et Loïg ont fait réussir le pari de Jean. Ce livre retrace cette incroyable aventure à travers trois journaux de bord.

Au bout de l’horizon : La Transat de l’espoir.

Jean d'Artigues et Marc GuilemotChaque traversée, chaque transat, chaque défi a un sens, celui que l’on s’est donné. On peut vouloir gagner si l’on est en course, on peut aussi traverser les océans pour partager, pour prouver, pour défier le temps, la maladie.

Jean s’est lancé dans ce défi « Transat dans un Fauteuil » sans objectif de performance sportive. Son idée était simple : entraîner dans son sillage tous ceux qui croient aux défis impossibles. J’ai eu le privilège d’être un de ceux-là parmi tant d’autres, poussé par l’énergie d’un homme « collé » dans un fauteuil.

Pour aller au bout, il fallait un moteur, un guide, une direction, un objectif. « Quatre en un » résume bien les principales qualités de Jean.

Cette aventure a enrichi tous ceux qui se sont investis à ses cotés, je pense particulièrement à l’équipage qui, pendant plusieurs mois, est entré dans son intimité à terre avant le départ puis en mer tout au long de la traversée.

Marc Guillemot, parrain du projet

 

* quantité limitée