journal de bord 20 octobre (jour 13)

Bonjour à tous ! Voici des nouvelles alors que nous sommes à 180 miles des côtes Marocaines, en route pour l’île de Lanzarotte (Canaries) que nous devrions atteindre samedi fin de journée au plus tard. Même si loin de toute terre, de petits oiseaux, souvent épuisés, viennent se poser sur le pont et les filières.

La navigation se fait sur une mer d’huile scintillante. La chaleur se fait sentir nettement depuis deux jours, même si elle reste tempérée : nous sommes tous en tee-shirt !

La vie à bord est maintenant bien rodée, même si la recherche de certains produits embarqués peut prendre du temps : le bateau est grand et les rangements nombreux !

Malheureusement, le vent est trop faible (9/10 noeuds) et notre cap trop vent arrière pour faire avancer notre mastodonte de 30 tonnes avec les voiles seules. Nous sommes obligés de faire route au moteur depuis notre départ du Portugal mardi après-midi, les voiles étant néanmoins déployées. Mais à 16h, ce jour, nous avons changé de cap, et, avec le même vent, nous pouvons enfin nous passer du moteur.

Hier, grande discussion au sein de l’équipage : certains ont cru apercevoir un requin, quand d’autres voyaient un poisson-lune !

Mauvaise nouvelle : nos cubis de vins sont presque vides ! Une cure de journées sans alcool est en place jusqu’à Lanzarote.

Arrecife, île de Lanzarote

Jean vient d’étrenner le cadeau fait par l’équipage et ses proches pour son anniversaire, une application pour suivre et anticiper la route du bateau ! Il est ravi ! Il souhaite à sa fille Ines un beau voyage en Espagne demain ! Samedi, ils seront ainsi tous les deux en terres espagnoles !

Jacques est soulagé de naviguer sur un lac mais malheureux d’entendre le moteur : nous nous chargeons de lui remonter le moral !

Loïg fait des photos, des photos, des photos… Sur l’eau, dans le ciel, partout. C’est simple, on lui confisque son appareil lors des repas !

François, malgré trois lignes de traîne avec trois leurres différents, n’a toujours rien pêché ! Amis poissons, faites un effort !

Rémy est plongé dans l’utilisation des outils de navigation électroniques car ils ne disent pas tous la même chose !

Philippe

Nous sommes tous satisfaits d’avoir à priori évité la grosse dépression au niveau de Madère (cette vilaine dépression nous a privés d’une belle escale ! Mais nous avons tous hâte de toucher des vents plus favorables !

Nous patientons avec les bons repas, réalisés en particulier par François et Philippe.

On vous embrasse tous !

Jean

5 réponses
  1. Henaff joel
    Henaff joel dit :

    Nous sommes très fiers de partager cet exploit avec Jean. Mon mari Joël a également la maladie de Charcot alors nous comprenons l’exploit que vous réalisez.

    Joël et Marie-Claire Henaff

    Répondre
  2. Parthiot-Prost Pascale
    Parthiot-Prost Pascale dit :

    Pleins de bisous à l’équipe, même sans vent je vois que la vie est belle et c’est le principal.
    J’attends tout les jours des nouvelles de votre escapade et je suis ravie quand vous postez des belles images et d’apprendre que tout ce passe bien surtout pour Jean.
    Bon vent pour la suite
    Kénavo

    Répondre
  3. Valérie Delvallez
    Valérie Delvallez dit :

    Bonjour.
    Un ami très cher m’a parlé de votre voyage et m’a donné envie de vous suivre par le blog. Vous ne me connaissez pas.
    Je viens de vivre une drôle d’expérience et votre envie, votre projet m’inspire.
    Bon vent.
    Au plaisir de vous suivre.
    Valérie

    Répondre
  4. Maureen
    Maureen dit :

    Je suis très émue chaque fois que je lis vos publications.
    Ce sourire sur la derniere video,la joie de vivre tout ça,c est tellement magique.

    Mon papa avait également la maladie de charcot, et chaque moment que nous vivions, les moments les plus simples devenaient des moment de joies et des moments précieux.

    Cette terrible maladie nous a appris a apprecier les choses les plus simples. C’était la période la plus difficile de notre vie mais aussi la plus heureuse.

    Ce bateau, cette aventure quelle libération et quelle joie ça doit être!

    Je vous souhaite une merveilleuse aventure, merci de nous faire partager ces moments, et de donner du courage aux autres malades.

    C est tellement beau ce que vous faites.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *