Entretien avec Rémy, kiné membre d'équipage

Entretien avec Rémy, kiné membre d’équipage

Entretien entre Céline et Rémy - kiné membre de l'équipage

Comment est le bateau ?catamaran Transat dans un fauteuil

C’est une belle bête ! Il fait 16 mètres de long et 9 mètres de large. C’est le bateau qui a le mat de plus haut parmi tous les bateaux qui sont à La Trinité ! 28 mètres de tirant d’air !

Quels effets les flots auront-ils sur Jean sur ce bateau ?

Les flots vont être peut-être être éprouvants. Jean est un château de cartes. Un catamaran est plus stable qu’un monocoque. Néanmoins les vagues viennent taper bruyamment sous le plancher de la nacelle. Les mouvements d’un catamaran sont plus heurtés que ceux d’un monocoque. Et la vie à bord d’un bateau est elle-même plus hachée qu’à terre. Toutefois, le mouvement continu est source d’antalgie. De plus, la mer a un côté hypnotique. Face à la mer, on s’absorbe. Entre mouvements hachés, mouvement antalgique et hypnose, nous ne savons pas encore quels équilibres se feront dans corps de Jean.

Jean est un homme connecté, être sur mer sera reposant aussi !

De ce côté là, je ne sais pas dire ! Ou bien ce sera reposant, ou bien ce sera oppressant pour lui. Jean est un journaliste très branché. La déconnexion peut être source de gêne et de manque. A l’opposé, les marins aiment la solitude. A nouveau, quel équilibre se fera ?

Pour toi, que représente cette expédition ?

C’est bien une expédition, plus une expédition qu’une aventure. Aventure c’est trop poétique. Je vis sur un bateau depuis plus de quatre ans. Je suis un SDF, un Sur Domicile Flottant. Je passe ma vie à caboter. Cette expédition, pour moi, c’est plus que l’appel de la mer, c’est une idée de nécessité. Il est nécessaire de rendre service à autrui et à la société dans laquelle nous vivons.

Rendre service à la société dans quel sens ?

Mon métier de kiné, je l’ai exercé dans le monde de la rééducation. Il faut avoir une vision globale de la personne. Il y a une partie physiologique bien sûr mais aussi un aspect sociétal. Il n’y a qu’à penser à l’accès aux bâtiments. Je dirais que rendre service à une personne dans la société, c’est restaurer des capacités à faire quelque chose. L’existence se résume à ce que l’on fait. Le rôle d’un rééducateur, c’est de redonner au maximum à la personne ses possibilités de fonctionner, de vivre.

On est ce que l’on fait, il faut soutenir quelqu’un qui fait, c’est ça ?

Faire en sorte que la personne puisse se réaliser par ses actes, oui.

Dans quel état d’esprit vas-tu prendre le large ?

Je suis d’un naturel insouciant et j’ai une propension forte à évacuer les risques. Les choses sont comme elles sont. Nous sommes trois soignants. Les soignants de métier sont dans l’empathie. Cette empathie infuse dans l’équipage. On se confie entre nous, les six membres de l’équipage, on s’expose. On arrive à une grande qualité de collectif.

Et partagez, enregistrez-vous, écrivez, le journal de bord sera très précieux !

1 réponse
  1. NOT
    NOT dit :

    Je serais heureuse de participer à la vie à bord de loin, très loin, mais proche par le cœur! Lire votre journal de bord, vos impressions… Merci!

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *